L’école Nyingma du bouddhisme tibétain

Puisse la Grande Tradition de Khenpo Shantarakshita, Lopon Padmasambhava et le roi Trisong Detsen croître et s’étendre aux trois royaumes ! Puissent les trois joyaux rester inséparables de l’esprit des êtres et apporter le sublime bien-être dans les trois temps !

L’école Nyingmapa, «L’école des Anciens», est la première école bouddhique du Tibet. Ses enseignements continuent à être transmis de jour en jour par plusieurs lignées pures et ininterrompues de maîtres éveillés.

L’école Nyingmapa du bouddhisme tibétain est subdivisée en trois lignées de transmission : La première lignée est celle de la transmission longue (Tib. Ring gyu) orale ou canonique (Tib.Kama) de maître à disciple. La deuxième lignée est celle de la transmission courte (Tib.Nye gyu) par terma (Tib.Terma) instaurée par Padmasambhava. Il s’agit d’une transmission courte car un tertön découvrant un texte-trésor devient le second détenteur de l’enseignement, immédiatement après Padmasambhava lui-même. La troisième lignée est celle de la transmission extrêmement courte de la Pure Vision (Tib.Dag nang) lorsque des maîtres accomplis reçoivent des enseignements directs des Bouddha par pure vision ou par rêve. 

1.La lignée de la transmission longue (Tib.Kama)

ou «Transmission orale» du Dzogchen Nyingthik.

L’école Nyingmapa présente la totalité des enseignements de Bouddha selon une progression en neufs véhicules (Tib. Theg-pa dgu). Le neuvième et le plus élevé de ces véhicules est connu sous le nom de Grande Perfection (Tib. Dzogpa  Chenpo/Dzogchen) ou encore Ati yoga. C’est une méthode extrêmement directe et puissante pour réaliser la nature de l’esprit et pour atteindre la bouddhéité en une seule vie.

De ce fait, le Dzogchen Nyingthik, nom donné aux textes de pratique du Dzogchen, traite fondamentalement de la doctrine des Trois Corps Parfaits (Tib.Trikaya), les différentes manifestations des êtres pleinement éveillés.

Cette tradition a été enseignée par trois lignées de transmission spirituelle :

1. L’esprit de sagesse du Bouddha - cette transmission spirituelle vient du bouddha primordial, Samantabhadra (Kuntuzangpo), le dharmakaya, la dimension de vacuité de l’Éveil. Il en a transmis l’essence, d’esprit à esprit, sans un mot, aux cinq bouddhas vainqueurs (Sk. Jina/Tib.Gyal-ba) ses propres émanations en corps formels du sambhogakaya. Dans cette lignée, le maître transmet les enseignements au disciple sans utiliser de mots ni aucune autre indication, mais uniquement par le rayonnement de son esprit de sagesse.

2. La lignée de transmission symbolique des détenteurs de la connaissance éveillée (Sk. Vidyadhara). Le Bouddha Vajrasattva (Tib. Dorje Sempa) du sambhogakaya transmit tous les enseignements et initiations à Prahevajra (Tib.Garab Dorje), le premier maître de la lignée sous forme humaine, dans un corps d’apparition ou nirmanakya.  De Prahevajra, cette transmission passa ensuite à Manjushrimitra, sri Simha, Jnanasura, Mahapandita Vimalamitra et Padmasambhava. Un détenteur de la connaissance éveillée (Tib.Vidyadhara), un être qui a une vision directe et pure de la réalité, se manifeste à un disciple réceptif et lui transmet les enseignements par la prononciation d’un mantra ou en lui faisant un signe.

3. La lignée de transmission orale des êtres réalisés. Les enseignements et instructions complets sont transmis par des mots sortis de la bouche même des maîtres en direction du disciple. Cette lignée de transmission spirituelle au Tibet s’est répandue à travers deux traditions au début du IXième siècle. La première tradition initiée par le Mahapandita Vimalamitra sera connue sous le nom de "Vima Nyingthik". Et l’autre tradition, initiée par Gourou Padmasambhava, sera appelée "Khandro Nyingthik". Ces deux transmissions de “L’essence la plus secrète” arrivèrent ensuite jusqu’à l’omniscient Longchen Rabjampa, ou Longchenpa. De celui-ci jusqu’aux grands maîtres actuels cette transmission orale s’est poursuivie sans interruption.

2. La lignée de la transmission courte dite du «Trésor spirituel» (Tib.Terma).


La transmission des Terma se fait selon trois modes différents : la transmission par le pouvoir de l’aspiration éveillée, la transmission spirituelle prophétiquement reconnue, et la transmission par les dakinis. Une description plus détaillée de ces lignées est expliquée dans «Principes et histoire de l’école Nyingmapa du bouddhisme tibétain » écrit par Kyabje Dudjom Rinpoché.

Ces «Trésors spirituels» furent cachés principalement par Padmasambhava et sa compagne spirituelle Yeshé Tsogyal, pour être  exhumés de leur cachette par "Les découvreurs de Trésors” (Tib.Tertön). Ceux-là sont eux-mêmes des disciples réalisés de Gourou Rinpoché. Gourou Rinpoché donna d’abord les instructions secrètes concernant la méthode pour atteindre la Perfection (Tib.Drub-t'ha) à travers les tantras, la méthode pour maîtriser les techniques principales (Tib.Men-ngag) et pour mettre en pratique ces techniques (Tib.Lag-len), avec les bénédictions (Tib.Mon-lam), l’autorisation d’initiation (Tib.Wang-kur), l’attestation d’autorité (Tib.Te-gya) etc…

Ces Terma secrets furent ensuite dissimulés dans  des coffrets. Ils peuvent être classés en trois grande catégories :


a. La catégorie Lama – les pratiques courroucées et paisibles de Gouru Rinpoché, habituellement subdivisées en pratiques extérieures, intérieures, secrètes, et les plus secrètes;
b. La catégorie Dzogchen – les enseignements de l’Ati yoga;
c. La catégorie Thugje chenpo (La Dzog Tuk Sum ) - les pratiques du Grand Compassionné Avalokiteshvara.

Ces Trésors du dharma (Tib.Terchos) sont des enseignements qui possèdent le "souffle chaud" de Gourou Rinpoché lui-même. Comme ils sont sans erreurs et non contaminés, ils sont extrêmement puissants. Il n’y a pratiquement aucun obstacle pour leur pratique. Leur accomplissement sont aisés à atteindre, et leurs fruits arrivent promptement à maturation. 

3. La lignée du Dzogchen Longchen Nyingthik de la transmission extrêmement courte

par visions pures (Tib.Dag Nang).


C’est au XVIIIième siècle que le grand maître spirituel Rigzin Rangjung Dorjee Jigmé Lingpa (1729-1798)  - émanation combinée du Mahapandita Vimalamitra, du roi Tritsong Detsen et de  Gyelsé Lharje – reçut les enseignements Dzogchen Nyingthik complets de Manjushrimitra, Humkara, Gourou Rinpoché, Yeshé Tsogyal, Vimalamitra et Longchen  Rabjampa. Ceci fut réalisé à travers les trois lignées de l’esprit de sagesse, de la transmission symbolique, et de la  transmission orale par pures visions.   

 
Jigmé Lingpa eut trois fois la vision de Longchen Rabjampa et reçut ses bénédictions du corps, de la parole et de l’esprit. De ce fait, il devint inséparable de son maître spirituel et atteignit la réalisation de la Grande perfection. Ces Trésors du dharma regroupés en 5 volumes, sont devenus les terma de son propre esprit et sont connus sous le nom de la lignée "Longchen Nyingthik". Ces disciples se sont orientés ensuite vers différentes écoles du bouddhisme tibétain.

Après le décès de Jigmé Lingpa, la lignée du "Longchen Nyingthik" s’est propagée grâce à deux de ses principaux disciples : Jigmey Thinley Woser, le premier Dodrupchen, (1745-1821) et Jigmey Gyalwai Nyugu (1765-1843). Do Khyentse Yeshé Dorjé (1800-1866) fut l’incarnation de son corps, Patrul Jigmey Chokyi Wangpo (1800-1887) fut l’incarnation de sa parole, et Jamyang Khyentse Wangpo (1820-1892) fut l’incarnation de son esprit. De nos jours,  le «Dzogchen Nyingthik" et le "Longchen Nyingthik" sont connus respectivement comme «L’ancien Nyingthik» et «Le nouveau Nyingthik».



Buddha

Samantabhadra (Kuntuzangpo)

Garab Dorje

Manjushrimitra

Shri Singha

Vimalamitra

Padmasambhava

Longchenpa

Jigme Lingpa

Jigme Gyalwe Nyugu

Patrul Rinpoche

Nyushul Lungtok

Khenpo Ngagchung

Penor Rinpoche

Khenpo Chimed Rinpoche